Vinaigre désinfectant. — On peut augmenter les propriétés désinfectantes du vinaigre en faisant macérer des plantes odoriférantes :

Dans un litre de vinaigre mettre à infuser après les avoir découpés finement : 10 grammes de menthe, 10 grammes de sauge, 10 grammes de romarin, 1T) grammes de grande et petite absinthe. Quelques fleurs de lavande, deux gousses d'ail, deux clous de girofle, quelques brins de cannelle et de muscade.

Laisser infuser un mois et décanter. On pourrait remettre encore du vinaigre sur les ingrédients ayant déjà servi.

VINAIGRES MÉDICINAUX. — Les vinaigres médicinaux se préparent par macération :

Vinaigre des Quatre-Voleurs. — Vinaigre blanc,-1 litre ; Acide acétique cristallisable, 15 grammes ; camphre, 4 gr. ; sommités sèches de grande absinthe, 15 grammes ; sommités sèches de petite absinthe, 15 gr. ; menthe poivrée, 15 gr. ; romarin, 15 gr. ; rue, 15 gr. ; sauge, 15 gr. ; fleur de lavande, 15 gr. ; racine d'açore vrai, 2 gr. ; cannelle de Ceylan, 2 gr. ; girofles, 2 gr. ; muscades, 2 gr. ; ail, 2 gr.

Autre recette :

Faire macérer dix jours dans un litre de vinaigre blanc 15 grammes de chacune des plantes ci-après : grande absinthe, petite absinthe, fleur de lavande,, rue, menthe, sauge, romarin ; 2 gr. de cannelle, 2 gr.de girofle, 2 gr. de muscade. 2 gr. d'ail. Ensuite, passer en pressant. Filtrer au papier. Dissoudre 4 gr. de camphre dans 15 gr. d'acide acétique cristallisable. Mélanger avec du vinaigre.

Vinaigre camphré. — Pour un litre : 50 gr. de camphre, 65 centilitres d'alcool à 95° ; 35 centilitres de vinaigre d'alcool à 12°.

Mélanger l'alcool au vinaigre et ajouter le camphre. Agiter. Quatre jours après, filtrer.

Vinaigre a l'eucalyptus. — Ether acétique, 4 gr. ; vinaigre à 12°, 250 gr. ; teinture d'eucalyptus, 3 gr. ; eau de Cologne, 1.000 gr.

Vinaigre virginal. — Bien mélanger par parties égales, de l'alcool, du vinaigre fort et du benjoin. S'emploie pour la toilette et rend l'eau laiteuse.

Vinaigre anglais. — Dans un litre d'alcool à 60 degrés, mélanger 100 gr. d'acide acétique cristallisé, 10 gr. de camphre, 10 gouttes d'essence de lavande, 20 de girofle, 20 de cannelle. Ajouter 2 litres de vinaigre.

Les frictions avec ce vinaigre sont souveraines, dit-on, contre les épidémies ; elles évitent les morsures d'insectes pendant l'été.

Vinaigre de lavande. — Faites infuser pendant plusieurs jours 2 poignées de fleurs de lavande dans un litre de vinaigre. Filtrez en tordant les fleurs dans un linge et ajouter 10 gr. de glycérine.

Brûlure. — Ceci paraît surprenant., mais une brûlure superficielle se soulage et guérit très bien en trempant la partie brûlée dans du vinaigre.

Point de côté, Entorse. — La verveine fraîche et pilée avec du vinaigre, appliquée sur un point de côté ou sur une entorse, détermine sûrement la guérison. Si votre verveine est sèche, faites-la cuire avant de la piler avec du vinaigre.

Cors aux pieds, Oeils-de-perdrix, Durillons, Oignons, etc, — Voici un remède qui donne toujours de très bons résultats : Faire tremper pendant une journée dans un demi-verre de fort vinaigre, des feuilles de lierre grimpant, ou même des queues de poireau (vert du poireau). Après vingt-quatre heures, retirer lesdites feuilles, ou queues de poireau, et, après avoir bien lavé le cor, en appliquer un morceau, bien mouillé de vinaigre, sur la callosité ; avec une bandelette de toile, rattacher pour la maintenir jusqu'au lendemain matin. On enlève alors la bandelette et la feuille, ou vert de poireau, et, avec l'ongle, on fait disparaître le cor, qui est complètement ramolli.

Avoir soin de bien presser avec le doigt, pour voir s'il ne reste pas quelque racine du cor. Si on 11. sent aucune douleur, la guérison est complète ; si, au contraire, on éprouve la moindre douleur, c'est qu'il reste encore des racines et alors on frotte vivement, avec un petit morceau d'oignon de lys, sur la place qu'occupait le cor.

Au bout de deux minutes, il ne reste plus aucune trace de callosité et la guérison est radicale.

Bain d'acide carbonique. — La manière la plus simple et la plus économique de prendre des bains rafraîchissants, et fortifiants du cœur et des nerfs, est d'incorporer à l'eau du bain une demi-livre de soude et une demi-bouteille de vinaigre à 10°. L'acide carbonique se dégage alors en globules.

Bains de pieds. — Des bains de pieds réguliers, dans de l'eau fortement acidulée (un volume de vinaigre, deux d'eau chaude et un peu de sel), ont une action rafraîchissante et adoucissante pour la transpiration des pieds (n'essuyez pas les pieds, laissez-les sécher). Après les marches à pied (pieds fatigués), un bain acide est un bienfait.

Lombago et goutte. — Appliquer des compresses imbibées de vinaigre chaud sur les parties malades, et recouvrir de laine ou coton. La répétition des applications de ce pansement fait bientôt disparaître les douleurs.

Saignement de nez — L'aspiration de vinaigre dans le nez est, dans ce cas, un vieux moyen populaire.

Évanouissements. — On les combat efficacement en frictionnant énergiquement le corps avec de l'eau vinaigrée et en faisant, de plus, respirer au malade les vapeurs acides qui se dégagent d'un linge mouillé de vinaigre ou d'une éponge.

Maux de tête (particulièrement ceux qui sont dus à l'abus des boissons alcooliques), — On les maîtrise rapidement par l'inhalation de vapeurs de vinaigre et l'application de compresses fraîches à l'eau vinaigrée sur la tête.

Narcose du chloroforme. — Cet état laisse derrière lui, en même temps que le goût désagréable du chloroforme, un malaise prolongé. On peut facilement y remédier en tenant devant le visage un linge imbibé de vinaigre ; les vapeurs de vinaigre permettent alors la respiration normale.

Etanchement de sang. — Les blessures qui saignent et les hémorragies sont souvent apaisées par simple tamponnage avec du vinaigre, ou par l'application de compresses au vinaigre. De même l'effusion de sang qui se produit après l'extraction d'une dent disparaît rapidement dans la plupart des cas après lavage de la bouche au vinaigre.

Gencives saignantes — Redeviennent normales après brossage à l'eau vinaigrée (une bonne cuillerée à café pour un verre d'eau).

Rinçage de bouche. — Pour les inflammations de toutes sortes de la cavité buccale, on recommande des rinçages fréquents pour lesquels l'eau vinaigrée (dans la proportion d'une cuillerée à bouche pour un verre d'eau) est l'élément le plus commode et le meilleur marché.

Angine. — On se rince la bouche et on se gargarise avec un verre d'eau dans lequel on a mis une cuillerée à, café, de vinaigre, et, éventuellement, une pincée de sel de cuisine. En sus de ce traitement, des compresses chaudes d'eau vinaigrée autour du cou (dans la proportion de une partie de vinaigre pour, dix d'eau) sont recommandées.

Toux. — Quand vous toussez beaucoup, surtout la nuit, prenez une boisson composée de moitié vinaigre et miel. Une cuillerée à bouche fait la dose.

Grippe et Influenza. — Les vapeurs de vinaigre" sont recommandées comme fatigant et désinfectant pour combattre les épidémies indiquées ci-dessus. Leur usage est aussi économique que facile. Il suffit de placer un bol rempli de vinaigre sur ou à côté d'un poêle ou radiateur. Le vinaigre s'évaporant lentement imprègne, par respiration, les organes respiratoires qui sont ainsi fortifiés contre les attaques des germes qui propagent la grippe ou l'influenza.

Pour le gargarisme et le nettoyage des fosses nasales, on conseille l'usage d'un vinaigre courant dilué dans 6 à 8 parties d'eau tiède.

Coqueluche. — Mangez chaque jour deux à trois morceaux de sucre trempés dans du vinaigre 6°.

Le Vinaigre et la Fièvre typhoïde. — On sait que les microbes de la fièvre typhoïde s'introduisent dans notre organisme, soit par les boissons, soit par les aliments et principalement par la consommation de légumes crus arrosés d'eaux impures.

Il est certain qu'en faisant bouillir les légumes pendant vingt minutes, tous les germes de la typhoïde sont détruits, mais il est bien désagréable de se priver délibérément de légumes crus, surtout lorsqu'il s'agit de primeurs et de légumes très tendres, délicieux à manger crus. D'un autre côté, ajouter un désinfectant à l'eau de lavage, c'est infailliblement altérer leur goût et les rendre immangeables. Le vinaigre a heureusement une propriété particulière pour obvier à ces inconvénients. Il suffit, après avoir lavé la salade, comme on a l'habitude de la laver, c'est-à-dire en détachant chaque feuille, de laisser baigner pendant 1 h. 1/4 au minimum les feuilles de salade dans une eau vinaigrée, dans la proportion d'une forte cuillerée à bouche de vinaigre (environ 18-20 gr.) par litre d'eau. Tous les légumes et produits végétaux consommés crus peuvent subir, sans inconvénient, un bain semblable. Nombre de gens, se tiendront peut-être le raisonnement) suivant : Mais... si le vinaigre tue les microbes typhiques, le seul fait d'assaisonner la salade doit suffire pour la rendre inoffensive. Eh bien ! non, le vinaigre tue le microbe typhique, mais il faut pour cela 1 h. 1/4 d'immersion de la salade dans de l'eau vinaigrée à la dose ci-dessus indiquée.

Mesures contre les parasites de la tête. — Lavez sérieusement la tête avec de l'eau tiède acidulée par un peu de vinaigre (100 gr. de vinaigre sur 1.000 gr. D'eau).

Vermifuge. — Mettez un demi-litre d'eau à 27° dans un irrigateur, ajoutez-y deux cuillerées à bouche de vinaigre. A prendre le matin en sa levant.

Hoquet. — Le hoquet peut être arrêté en mangeant lentement une cuillerée de cassonade et de vinaigre.

Empoisonnements par l'ammoniaque. — Faire boire une bonne quantité d'eau vinaigrée.

Toilette des malades. — Ajoutez toujours quelques gouttes de vinaigre à l'eau tiède avec laquelle vous lavez des malades. Cela leur procure un effet rafraîchissant.

Pour assainir leur chambre, répandez quelques gouttes de vinaigre sur une pelle chaude.