emplois du vinaigre

15 juin 2009

PREFACE

Ce blog à pu être réalisé grace aux archives de "Vinaigre de l'Anjou" : visiter leur site

De la même manière qu'il n'y à pas qu'un vinaigre, il n'y à pas qu'une utilisation du vinaigre.

Les emplois du vinaigre sont nombreux en cuisine,

mais encore plus nombreux pour :

- la toilette,

- le ménage,

- la bobologie des hommes,

- celle des animaux,

- le jardin.

Des trucs et astuces, ignorés ou oubliés, mais toujours utiles....

Les recettes sont tirées d'un guide édité par le syndicat des fabricants de vinaigre de france sous le nom : "divers emplois du vinaigre - emplois dans la cuisine, la toilette, le ménage, la médecine, les soins vétérinaires, l'arboriculture, l'horticulture"

- ouvrage non daté, non signé et sans numéro isbn,imprimé à l'imprimerie du loiret, Orléans (france)

Posté par la mere vinaigre à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


RECETTES HORTICULTURE et ARBORICULTURE

Protection des arbres. — Le moyen d'empêcher les insectes de déposer, au moment de la floraison, l'œuf qui doit produire le ver, consiste, d'après M Denis, ancien directeur de l'Ecole d'arboriculture de Lyon, à asperger les arbres en fleurs avec de l'eau additionnée d'un dixième de vinaigre, soit 1 litre de vinaigre pour 9 litres d'eau.

Des arbres, traités par ce procédé, ont gardé la généralité de leurs fruits, absolument sains, pendant que d'autres, laissés sans cette aspersion, dans le voisinage, n'ont donné presque aucune récolte.

Gomme des arbres à noyaux. — Après avoir enlevé l'écorce, gratté et aplani la plaie au couteau, on introduit dans la blessure un chiffon imbibé de vinaigre d'alcool le plus concentré possible. Le chiffon est laissé en place et imbibé de temps en temps.

Chancre du poirier. — On nettoie le chancre jusqu'au bois sain ; on lave la plaie au vinaigre d'alcool le plus concentré possible et on le recouvre d'une couche de mastic à greffer.

Comment obtenir des roses noires. — Voulez-vous obtenir des roses passant du blanc au plus beau noir ? Opérez de la façon suivante :

Cueillez d'abord les petits fruits qui poussent sur les aunes. Faites-les sécher au soleil et pilez-les dans un mortier. Mélangez la poudre ainsi obtenue avec deux fois son poids de fumier de mouton, un litre de vinaigre et une poignée de sel. Cette préparation faite, enlevez la terre autour d'un rosier à fleurs blanches de façon à découvrir ses racines et, sur celles-ci, appliquez le mélange indiqué. Arrosez, comblez le trou avec de la terre légère mais assez grasse et bien tamisée et arrosez encore.

Avec le même procédé on obtient de beaux œillets noirs.

Destruction des courtillères. — Les courtillères sont introduites dans les jardins avec les fumiers et terreaux qui, en généra!, en contiennent beaucoup. En arrosant les fumiers et terreaux avec du vinaigre, et ceci fréquemment, on supprime les courtillères et leurs œufs..

RECETTES VETERINAIRES

Digestion des animaux. — Le vinaigre a une action heureuse sur la digestion gastrique. Comme il arrête les fermentations, on l'emploiera pour combattre les indigestions gazeuses, les obstructions du, feuillet, les météorisations périodiques.

En lavements, il peut donner des contractions de l'intestin et avoir une action efficace sur certaines obstructions intestinales.

Indispositions légères des animaux. — Dans les refroidissements, coliques d'indigestion ou de congestion, tremblements musculaires, etc., le vinaigre est la grande ressource des propriétaires d'animaux qui ont constaté depuis longtemps son action révulsive et salutaire dans les indispositions légères.

Pour l'employer, on trempe un drap dans du vinaigre très chaud et on entoure complètement le corps de l'animal ; par dessus on applique une couverture de laine. La peau ne tarde pas à s'échauffer, il se produit de la diaphorèse et une révulsion extérieure puissante.

On emploie souvent encore le vinaigre associé à la farine de moutarde pour obtenir une révulsion plus intense.

Syncope des animaux. — On a recours au vinaigre pour frictionner les oreilles, les joues, l'encolure d'un animal qui menace de tomber en syncope. Le cas n'est pas rare dans des mises à bas laborieuses. Pour la même raison, on l'utilise pour frictionner un veau qui a souffert pendant un accouchement pénible.

Enfin, quelques gouttes de vinaigre dans les oreilles d'un animal qui ne veut pas se lever exercent généralement une action favorable.

Pour exciter les sécrétions salivaires des chevaux.— Chez les chevaux qui ne mangent pas, on arrive à exciter les sécrétions salivaires en rinçant la bouche avec de l'eau vinaigrée additionnée de sel et de poivre.

On emploiera notamment ces lavages, faits à l'aide d'une grosse seringue ou d'une machine à sulfater, lors de lésions buccales consécutives" à des surdents.

Le vinaigre et la fièvre aphteuse. — Dans les étables renfermant des animaux atteints de la fièvre aphteuse, ou simplement menacés de contagion, on conseille de procéder de la manière suivante :

1° Laver trois fois par jour, au moyen d'un pulvérisateur ordinaire, chargé de vinaigre, les mamelles et les pieds des animaux ;

2° Gargariser la bouche des animaux avec du vinaigre, à l'aide d'un entonnoir ordinaire portant un tube en caoutchouc de 60 à 70 centimètres de long ;

3° Nettoyer et laver fréquemment l'étable avec du vinaigre bouillant.

L'élevage des porcs, — 1° En cas de rouget, en plus de la vaccination ad hoc, frictionner, deux fois par jour, l'animal atteint, avec du vinaigre chaud.

2°' Pour éviter que les porcs se mordillent entre eux, les frictionner avec du vinaigre.

Tourments causés par les taons aux animaux au pâturage. — Ces tourments sont victorieusement combattus par le badigeonnage au vinaigre de la peau des animaux ou mieux encore par une décoction de brou de noix dans du vinaigre de 6 à 8°.

Destruction des puces. — Pour tuer les puces de votre chien, imbibez fortement de vinaigre un gros tampon d'ouate; et frottez-en, votre, chien.

Posté par la mere vinaigre à 14:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

RECETTES MEDICALES

Vinaigre désinfectant. — On peut augmenter les propriétés désinfectantes du vinaigre en faisant macérer des plantes odoriférantes :

Dans un litre de vinaigre mettre à infuser après les avoir découpés finement : 10 grammes de menthe, 10 grammes de sauge, 10 grammes de romarin, 1T) grammes de grande et petite absinthe. Quelques fleurs de lavande, deux gousses d'ail, deux clous de girofle, quelques brins de cannelle et de muscade.

Laisser infuser un mois et décanter. On pourrait remettre encore du vinaigre sur les ingrédients ayant déjà servi.

VINAIGRES MÉDICINAUX. — Les vinaigres médicinaux se préparent par macération :

Vinaigre des Quatre-Voleurs. — Vinaigre blanc,-1 litre ; Acide acétique cristallisable, 15 grammes ; camphre, 4 gr. ; sommités sèches de grande absinthe, 15 grammes ; sommités sèches de petite absinthe, 15 gr. ; menthe poivrée, 15 gr. ; romarin, 15 gr. ; rue, 15 gr. ; sauge, 15 gr. ; fleur de lavande, 15 gr. ; racine d'açore vrai, 2 gr. ; cannelle de Ceylan, 2 gr. ; girofles, 2 gr. ; muscades, 2 gr. ; ail, 2 gr.

Autre recette :

Faire macérer dix jours dans un litre de vinaigre blanc 15 grammes de chacune des plantes ci-après : grande absinthe, petite absinthe, fleur de lavande,, rue, menthe, sauge, romarin ; 2 gr. de cannelle, 2 gr.de girofle, 2 gr. de muscade. 2 gr. d'ail. Ensuite, passer en pressant. Filtrer au papier. Dissoudre 4 gr. de camphre dans 15 gr. d'acide acétique cristallisable. Mélanger avec du vinaigre.

Vinaigre camphré. — Pour un litre : 50 gr. de camphre, 65 centilitres d'alcool à 95° ; 35 centilitres de vinaigre d'alcool à 12°.

Mélanger l'alcool au vinaigre et ajouter le camphre. Agiter. Quatre jours après, filtrer.

Vinaigre a l'eucalyptus. — Ether acétique, 4 gr. ; vinaigre à 12°, 250 gr. ; teinture d'eucalyptus, 3 gr. ; eau de Cologne, 1.000 gr.

Vinaigre virginal. — Bien mélanger par parties égales, de l'alcool, du vinaigre fort et du benjoin. S'emploie pour la toilette et rend l'eau laiteuse.

Vinaigre anglais. — Dans un litre d'alcool à 60 degrés, mélanger 100 gr. d'acide acétique cristallisé, 10 gr. de camphre, 10 gouttes d'essence de lavande, 20 de girofle, 20 de cannelle. Ajouter 2 litres de vinaigre.

Les frictions avec ce vinaigre sont souveraines, dit-on, contre les épidémies ; elles évitent les morsures d'insectes pendant l'été.

Vinaigre de lavande. — Faites infuser pendant plusieurs jours 2 poignées de fleurs de lavande dans un litre de vinaigre. Filtrez en tordant les fleurs dans un linge et ajouter 10 gr. de glycérine.

Brûlure. — Ceci paraît surprenant., mais une brûlure superficielle se soulage et guérit très bien en trempant la partie brûlée dans du vinaigre.

Point de côté, Entorse. — La verveine fraîche et pilée avec du vinaigre, appliquée sur un point de côté ou sur une entorse, détermine sûrement la guérison. Si votre verveine est sèche, faites-la cuire avant de la piler avec du vinaigre.

Cors aux pieds, Oeils-de-perdrix, Durillons, Oignons, etc, — Voici un remède qui donne toujours de très bons résultats : Faire tremper pendant une journée dans un demi-verre de fort vinaigre, des feuilles de lierre grimpant, ou même des queues de poireau (vert du poireau). Après vingt-quatre heures, retirer lesdites feuilles, ou queues de poireau, et, après avoir bien lavé le cor, en appliquer un morceau, bien mouillé de vinaigre, sur la callosité ; avec une bandelette de toile, rattacher pour la maintenir jusqu'au lendemain matin. On enlève alors la bandelette et la feuille, ou vert de poireau, et, avec l'ongle, on fait disparaître le cor, qui est complètement ramolli.

Avoir soin de bien presser avec le doigt, pour voir s'il ne reste pas quelque racine du cor. Si on 11. sent aucune douleur, la guérison est complète ; si, au contraire, on éprouve la moindre douleur, c'est qu'il reste encore des racines et alors on frotte vivement, avec un petit morceau d'oignon de lys, sur la place qu'occupait le cor.

Au bout de deux minutes, il ne reste plus aucune trace de callosité et la guérison est radicale.

Bain d'acide carbonique. — La manière la plus simple et la plus économique de prendre des bains rafraîchissants, et fortifiants du cœur et des nerfs, est d'incorporer à l'eau du bain une demi-livre de soude et une demi-bouteille de vinaigre à 10°. L'acide carbonique se dégage alors en globules.

Bains de pieds. — Des bains de pieds réguliers, dans de l'eau fortement acidulée (un volume de vinaigre, deux d'eau chaude et un peu de sel), ont une action rafraîchissante et adoucissante pour la transpiration des pieds (n'essuyez pas les pieds, laissez-les sécher). Après les marches à pied (pieds fatigués), un bain acide est un bienfait.

Lombago et goutte. — Appliquer des compresses imbibées de vinaigre chaud sur les parties malades, et recouvrir de laine ou coton. La répétition des applications de ce pansement fait bientôt disparaître les douleurs.

Saignement de nez — L'aspiration de vinaigre dans le nez est, dans ce cas, un vieux moyen populaire.

Évanouissements. — On les combat efficacement en frictionnant énergiquement le corps avec de l'eau vinaigrée et en faisant, de plus, respirer au malade les vapeurs acides qui se dégagent d'un linge mouillé de vinaigre ou d'une éponge.

Maux de tête (particulièrement ceux qui sont dus à l'abus des boissons alcooliques), — On les maîtrise rapidement par l'inhalation de vapeurs de vinaigre et l'application de compresses fraîches à l'eau vinaigrée sur la tête.

Narcose du chloroforme. — Cet état laisse derrière lui, en même temps que le goût désagréable du chloroforme, un malaise prolongé. On peut facilement y remédier en tenant devant le visage un linge imbibé de vinaigre ; les vapeurs de vinaigre permettent alors la respiration normale.

Etanchement de sang. — Les blessures qui saignent et les hémorragies sont souvent apaisées par simple tamponnage avec du vinaigre, ou par l'application de compresses au vinaigre. De même l'effusion de sang qui se produit après l'extraction d'une dent disparaît rapidement dans la plupart des cas après lavage de la bouche au vinaigre.

Gencives saignantes — Redeviennent normales après brossage à l'eau vinaigrée (une bonne cuillerée à café pour un verre d'eau).

Rinçage de bouche. — Pour les inflammations de toutes sortes de la cavité buccale, on recommande des rinçages fréquents pour lesquels l'eau vinaigrée (dans la proportion d'une cuillerée à bouche pour un verre d'eau) est l'élément le plus commode et le meilleur marché.

Angine. — On se rince la bouche et on se gargarise avec un verre d'eau dans lequel on a mis une cuillerée à, café, de vinaigre, et, éventuellement, une pincée de sel de cuisine. En sus de ce traitement, des compresses chaudes d'eau vinaigrée autour du cou (dans la proportion de une partie de vinaigre pour, dix d'eau) sont recommandées.

Toux. — Quand vous toussez beaucoup, surtout la nuit, prenez une boisson composée de moitié vinaigre et miel. Une cuillerée à bouche fait la dose.

Grippe et Influenza. — Les vapeurs de vinaigre" sont recommandées comme fatigant et désinfectant pour combattre les épidémies indiquées ci-dessus. Leur usage est aussi économique que facile. Il suffit de placer un bol rempli de vinaigre sur ou à côté d'un poêle ou radiateur. Le vinaigre s'évaporant lentement imprègne, par respiration, les organes respiratoires qui sont ainsi fortifiés contre les attaques des germes qui propagent la grippe ou l'influenza.

Pour le gargarisme et le nettoyage des fosses nasales, on conseille l'usage d'un vinaigre courant dilué dans 6 à 8 parties d'eau tiède.

Coqueluche. — Mangez chaque jour deux à trois morceaux de sucre trempés dans du vinaigre 6°.

Le Vinaigre et la Fièvre typhoïde. — On sait que les microbes de la fièvre typhoïde s'introduisent dans notre organisme, soit par les boissons, soit par les aliments et principalement par la consommation de légumes crus arrosés d'eaux impures.

Il est certain qu'en faisant bouillir les légumes pendant vingt minutes, tous les germes de la typhoïde sont détruits, mais il est bien désagréable de se priver délibérément de légumes crus, surtout lorsqu'il s'agit de primeurs et de légumes très tendres, délicieux à manger crus. D'un autre côté, ajouter un désinfectant à l'eau de lavage, c'est infailliblement altérer leur goût et les rendre immangeables. Le vinaigre a heureusement une propriété particulière pour obvier à ces inconvénients. Il suffit, après avoir lavé la salade, comme on a l'habitude de la laver, c'est-à-dire en détachant chaque feuille, de laisser baigner pendant 1 h. 1/4 au minimum les feuilles de salade dans une eau vinaigrée, dans la proportion d'une forte cuillerée à bouche de vinaigre (environ 18-20 gr.) par litre d'eau. Tous les légumes et produits végétaux consommés crus peuvent subir, sans inconvénient, un bain semblable. Nombre de gens, se tiendront peut-être le raisonnement) suivant : Mais... si le vinaigre tue les microbes typhiques, le seul fait d'assaisonner la salade doit suffire pour la rendre inoffensive. Eh bien ! non, le vinaigre tue le microbe typhique, mais il faut pour cela 1 h. 1/4 d'immersion de la salade dans de l'eau vinaigrée à la dose ci-dessus indiquée.

Mesures contre les parasites de la tête. — Lavez sérieusement la tête avec de l'eau tiède acidulée par un peu de vinaigre (100 gr. de vinaigre sur 1.000 gr. D'eau).

Vermifuge. — Mettez un demi-litre d'eau à 27° dans un irrigateur, ajoutez-y deux cuillerées à bouche de vinaigre. A prendre le matin en sa levant.

Hoquet. — Le hoquet peut être arrêté en mangeant lentement une cuillerée de cassonade et de vinaigre.

Empoisonnements par l'ammoniaque. — Faire boire une bonne quantité d'eau vinaigrée.

Toilette des malades. — Ajoutez toujours quelques gouttes de vinaigre à l'eau tiède avec laquelle vous lavez des malades. Cela leur procure un effet rafraîchissant.

Pour assainir leur chambre, répandez quelques gouttes de vinaigre sur une pelle chaude.

Posté par la mere vinaigre à 14:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

RECETTES DE MENAGE

Pour la lessive. — Si, en faisant votre lessive, vous vous apercevez que l'eau forme des grumeaux avec le savon, ajoutez-y du vinaigre juste la quantité qui sera nécessaire à leur disparition.

Pour revivifier les teintes des tissus. — Le vinaigre est un produit qui revivifie les teintes. N'importe quel tissu de coton, rouge ou rose, dont la couleur est passée, peut être rendu presque à sa teinte originaire si on a ajouté une cuillerée de vinaigre à la dernière eau de rinçage.

Pour les vêtements lustrés. — Des vêtements lustrés perdront leur brillant si vous brossez la partie lustrée avec une brosse à ongle trempée dans un mélange de vinaigre et d'eau chaude en quantités égales. Il y a lieu ensuite de couvrir d'un linge le côté non brossé et de le repasser.

Pour le linge roussi. — Quand le fer a jauni une pièce de lingerie quelconque, ne croyez pas que accident soit irréparable et que vous deviez garder toujours votre nappe ou votre combinaison roussie.

Dans un demi-litre de vinaigre, jetez 50 grammes de cendre de bois neuf, 12 grammes de savon râpé et 2 grammes d'oignons pressés. Faites bouillir le tout jusqu'à ce que le mélange épaississe.

Appliquez sur l'endroit jauni et laissez ainsi pendant tout un jour, puis lavez : votre tache aura sans doute disparu. Sinon, recommencez une seconde fois la même opération.

Pour empêcher l'amidon d'adhérer au fer à repasser. — Votre fer à repasser n'adhérera pas aux articles amidonnés si vous ajoutez une cuillerée de vinaigre à l'amidon lorsque vous le faites dissoudre.

Pour nettoyer les flacons en verre. — Lorsque vous voulez nettoyer des flacons en verre ou porcelaine, etc., mélangez, en quantités égales, du sel de cuisine et du vinaigre et lavez-les dans cette solution.

Pour enlever les taches des vitrée. — Si vous avez fait des taches aux vitres eu repeignant vos croisées, vous les enlèverez avec du vinaigre bouillant, si sèches fussent-elles. Du vinaigre froid enlève également les taches de mouche.

Pour donner plus de clarté aux mèches de lampe.— Les nouvelles mèches de lampe doivent être trempées dans du vinaigre et séchées avant d'être employées.

La lumière est meilleure et il n'y a pas de fumée.

Pour une plus longue durée et meilleure clarté des manchons de lampe. — Ces choses délicates que sont des manchons de lampe dureront bien plus) longtemps et donneront une bien meilleure lumière! s'ils sont trempés pendant cinq minutes dans du vinaigre blanc. On les laisse ensuite sécher et brûler; de la façon ordinaire.

Pour donner un plus Joli brillant aux meubles. — Les meubles essuyés avec du vinaigre avant d'être cirés prendront alors un brillant plus beau et plus durable.

Pour nettoyer le cuir. — Trempez un morceau de flanelle dans un mélange d une cuillerée de vinaigre et de deux d'huile de table. Frottez bien le cuir et faites-le reluire avec un morceau de soie jusqu'à ce que toute trace d'huile ait disparu. Ce procédé empêche le cuir de se fendre et de durcir.

Pour nettoyer le marbre. — Frottez énergiquement le marbre taché avec un chiffon humecté de vinaigre et trempé dans du sel fin. Lavez. Séchez et faites briller avec de l'encaustique.

Pour nettoyer les toiles cirées. — Pour nettoyer vos toiles cirées et leur donner du brillant, lavez-les avec du vinaigre.

Pour faire durer le linoléum. — Votre linoléum durera plus longtemps si vous le nettoyez à parties égales avec de l'huile d'olive et du vinaigre, au lieu de savon et d'eau.

Pour enlever les taches de brou de noix sur les mains. — Pour faire disparaître les taches de brou de noix sur les mains, on les frotte vigoureusement avec du vinaigre fort.

Pour enlever les mauvaises odeurs du fourneau de cuisine. — Quelques gouttes de vinaigre, jetées à l'endroit où le liquide s'est répandu en bouillant, feront aussitôt disparaître l'odeur.

Pour enlever l'odeur de poisson des ustensiles de ménage. — Laver les ustensiles (assiettes, couteaux, fourchettes, etc.) dans de l'eau acidulée par du vinaigre. Le mauvais goût se perd immédiatement.

Pour reconnaître un mauvais étamage. — Pour reconnaître un mauvais étamage fait avec du zinc, étamage qui occasionne presque toujours des vomissements, il faut faire bouillir du vinaigre dans le récipient nouvellement étamé. Si l'étamage est à base de zinc, il fondra sous l'action du vinaigre.

Pour faire briller l'acier. — Avant de polir l'acier, passez dessus un chiffon imbibé de vinaigre ; n'essuyez pas tout de suite.

Pour nettoyer les cuivres. — Passez du vinaigre chaud sur l'objet qui ne courra ainsi aucun risque d'être rayé.

Vert-de-gris et argenterie. — En revoyant l'argenterie que l'on sort des buffets au moment des fêtes, on remarque parfois, surtout dans les ciselures, du vert-de-gris.

Il n'y a pas à s'inquiéter pour le dissoudre, il suffit de toucher ces taches avec un bout de bois, allumette ou autre, mouillé d'un mélange par parties égales de vinaigre et d'ammoniaque.

Bien, rincer à plusieurs eaux.

Posté par la mere vinaigre à 14:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

RECETTES DE TOILETTES

Vinaigre aromatique. — Couper en brins 'de un centimètre des branches de menthe et de lavande, mélanger à une poignée de fleurs de tilleul ou de sureau, ajouter une pincée de poivre et laisser macérer 15 jours dans du vinaigre.

Autre recette :

Dans un litre d'alcool à 80°, mettez 80 feuilles d'absinthe, 80 de romarin, de sauge, de menthe, 10 gr. de cannelle, 10 gr. de clous de girofle, 10 gr, de noix de muscade. Laissez infuser 15 jours et ajoutez 4 litres de vinaigre.

Vinaigre de Bully. — Eau, 4 litres ; alcool, 4 litres ; essence de bergamote, 30 grammes ; essence de citron, 30 grammes ; essence de Portugal, 12 grammes ; essence de romarin, 25 grammes ; essence de lavande, 5 grammes ; essence de néroli. 5 grammes ; essence de girofle, 100 grammes , teinture de benjoin, 60 grammes ; teinture de tolu, 60 grammes : teinture de styrax, 60 grammes ; teinture de mélisse, 500 grammes ; vinaigre, 2 litres ; acide acétique, 90 grammes.

Vinaigre musqué. — Alcool, 1 litre ; vinaigre concentré, 50 grammes ; teinture de benjoin, 150 grammes ; teinture de vanille, 50 gouttes ; teinture de musc, 50 gouttes.

Vinaigre Rosat. — Faire macérer pendant huit jours : vinaigre, 1 litre ; pétales de roses, 100 grammes.

Passer avec expression, filtrer et ajouter : teinturé de benjoin, 125 grammes.

Autres recettes :

Faire bouillir pendant quelques minutes 1 litre de vinaigre avec autant de pétales de roses que le liquide peut en contenir. Laisser macérer 15 jours. Passer en pressant les feuilles, filtrer ensuite. Si l'on veut donner à l'infusion plus de force, exposer au soleil la préparation placée» dans un saladier avec une vitre par dessus.

Vinaigre de toilette. — Vous pouvez préparer un bon vinaigre de toilette en ajoutant du vinaigre blanc bien filtré, à de l'eau de Cologne. Il vaut mieux, toutefois, employer du vinaigre d'alcool, selon la formulé ci-après : Essence de bergamote, 30 gr. ; de Portugal, 12 gr. ; de romarin, 23 gr. ; de lavande, 4 gr. : de néroli, 4 gr. ; esprit de mélisse citronné, 50 centilitres ; alcool à 85°, 4 litres ; eau, 7 litres. On mélange, on agite de temps en temps et, après 24 heures, on ajoute : teinture de benjoin, 60 gr. ; de tolu, 60 gr. ; de storax, 60 gr. ; esprit de girofle, 10 centilitres. On agite de nouveau et on ajoute 2 litres de vinaigre distillé. Après repos de 12 heures, on complète avec 90 grammes, d'acide acétique.

Pour arrêter la chute des cheveux et les faire repousser. — Faites infuser 500 grammes de racines, d'orties dans un litre de vinaigre à 4°.

Pour l'entretien, la propreté et la beauté des cheveux. — Les cheveux doivent être lavés une fois par semaine. Si la chevelure est habituellement grasse, on procède de la façon suivante : les cheveux blonds sont lavés avec de l'eau très chaude, contenant une quantité de cristaux de carbonate de soude pour qu'il se produise une mousse abondante. Les cheveux bruns sont lavés de même avec une décoction de bois de Panama. Ensuite cheveux blonds ou bruns sont rincés à l'eau chaude en renouvelant l'eau plusieurs fois ; il faut, pour terminer, frictionner les cheveux avec un bon verre de vinaigre blanc.

Laissez sécher lentement toute la nuit : vous aurez ainsi une chevelure fine, douce et d'un beau lustre.

Pour éviter les mains gercées. — Si l'hiver vos mains sont gercées, mélangez deux volumes de vinaigre et un de glycérine et frottez vos mains avec ce mélange après les avoir lavées.

Taches de rousseur. — On mettra dans une bouteille du raifort bien pilé sur lequel on versera du vinaigre à 10°. On laissera le mélange reposer 24 heures dans la bouteille bouchée. Les taches de rousseur seront alors tamponnées chaque soir avec un morceau d'ouate trempé dans la décoction ainsi obtenue. Durant la nuit, on laissera le morceau d'ouate se sécher au contact de la figure.

Vinaigre d'œillets. — Effeuillez des pétales d'œillets jusqu'à ce que vous en ayez 200 grammes. Laissez infuser pendant 8 jours dans un litre de vinaigre. Passez-le dans une passoire en pressant les pétales avec un pilon pour faire sortir toute l'essence de la fleur. Laissez reposer, filtrez.

Vinaigre de violettes. — Se fait comme le précédent, mais avec des pétales de violettes très odorantes. Laissez macérer deux mois. Filtrez.

Posté par la mere vinaigre à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

RECETTES CULINAIRES

CORNICHONS

Procédé à chaud. — Choisissez des petits cornichons, longs tout au plus comme le petit doigt, et de teinte bien verte.

Enlevez-leur la queue, puis essuyez-les avec un torchon rude pour enlever les petites aspérités.

Voici un des meilleurs procédés pour les préparer :

Dans un chaudron en cuivre rouge non étamé et parfaitement récuré (conditions essentielles pour obtenir des cornichons verts), on met du vinaigre d'alcool incolore à 8°.

Ce vinaigre est salé, aromatisé de clous de girofle, poivre en grains, estragon, thym, laurier, piments verts, petits oignons, ail. La quantité de vinaigre doit être telle que les cornichons que l'on y jette y baignent librement.

On porte alors le chaudron sur un feu très vif et on remue de temps à autre.

D'abord, ils jaunissent, mais quelques instants après, ils reverdissent.

Aussitôt qu'ils ont pris une belle couleur verte, on les retire du feu et on les verse dans un vase de grès ou de porcelaine, où on les laissera refroidir.

On les place ensuite dans des bocaux de verre ou dans des pots de grès, intercalant de distance en distance des jeunes branches d'estragon et quelques fleurs de capucines et feuilles de rose.

Enfin, on verse sur les cornichons un bon vinaigre d'une richesse acétique de 7°.

Procédé à froid. — Par ce procédé, les cornichons sont peut-être meilleurs, mais ils ont moins belle apparence et sont moins verts.

Les cornichons étant débarrassés de leurs petites» aspérités, comme il est dit plus haut, sont mis dans un pot de grès ou récipient quelconque en verre et assaisonnés de sel.

On les laisse ainsi pendant 24 heures, pour leur permettre de dégorger l'eau qu'ils contiennent et pour qu'ils s'imprègnent bien de sel, ayant soin de les retourner trois ou quatre fois pendant ce temps.

On les retire alors du pot pour les mettre dans un autre contenant du vinaigre d'alcool incolore à 8°, et où on les laisse séjourner pendant trois ou quatre jours, de façon qu'ils se dessalent et finissent de dégorger complètement leur eau.

Les mettre ensuite dans des bocaux de verre et opérer comme il est dit dans les deux derniers paragraphes du procédé ci-dessus.

Haricots verts. — On choisit les haricots bien verts, d'une moyenne grosseur, on les épluche soigneusement, on les fait blanchir en les jetant dans- l'eau bouillante, on les laisse égoutter et quand ils sont presque secs, on les met dans un pot contenait une dissolution de sel de cuisine ; on les retire le lendemain et on les mamans un nouveau pot contenant deux tiers d'eau et *m tiers de vinaigre, avec une poignée de sel pour chaque litre. Enfin, on couvre le pot avec de l'huile, ou mieux avec du beurre frais fondu. Quand on veut manger de ces haricots, on les laisse tremper quelques heures dans l'eau avant de les faire cuire.

Oignons. — On choisit de très petits oignons blancs que l'on épluche soigneusement. On les met, dans des bocaux, puis on les recouvre de vinaigre refroidi et légèrement salé. On fait bouillir le vinaigre comme pour les cornichons et on y ajoute quelques branches d'estragon.

Tomates. — Choisir des tomates bien saines et encore un peu vertes, que l'on exposera pendant quelques jours au soleil. Les nettoyer et les introduire dans une forte dissolution de sel marin. Au bout de quelques jours, les en retirer pour les placer dans un pot rempli de vinaigre ayant bouillies.

Salade de pommes de terre. — Prendre de préférence des pommes de terre de Hollande. Les faire cuire entières à la vapeur et non dans l'eau bouillante ; les peler toutes chaudes ; les couper en rondelles assez épaisses et les mettre dans le saladier, puis les mouiller de trois cuillerées à soupe d'eau froide avant assaisonnement.

Faire à part, dans un bol, une vinaigrette très montée en sel, en poivre et en vinaigre.

Avant de verser la vinaigrette dans la salade, il est recommandé d'ajouter à celle-ci des filets de harengs coupés en morceaux et préalablement marines pendant un jour dans l'huile avec des rondelles d'oignons.

Salade de cerises (Recette suédoise). — 1 kilogr. 'de cerises, 1 kilogr. de sucre, 150 gr. de vinaigre, 5 ou 6 clous de girofle, 1 morceau de cannelle.

On fait cuire ensemble, lentement, des cerises et du sucre, pendant une demi-heure comme pour les confire, après quoi on enlève les cerises avec une écumoire, et on les met dans un pot en terre. On fait chauffer ensuite du vinaigre avec des épices et on le répand, aussitôt refroidi, sur les cerises, puis on verse dans des bocaux qu'on ferme.

Cerises du Nord (aigres). — On coupe les queues à moitié et on met les cerises en bocaux. On fait bouillir 1 litre de vinaigre et 1 kilogramme de sucre candi (par kilogr. de cerises) avec un peu de cannelle et 3 ou 4 clous de girofle. Jeter le tout froid sur les cerises.

Sauce Béarnaise. — 1 cuillerée à café d'oignons hachés, poivre blanc et sel, 4 cuillerées à bouche de vinaigre, 3 jaunes d'œufs, 180 grammes de beurre fondu, 20 grammes d'estragon haché, 3 cuillères à bouche de jus de viande.

On mélange l'oignon, le poivre et le vinaigre dans une casserole et on réduit au tiers. On ajoute les jaunes d'œufs battus, on fait bouillir la sauce en remuant fortement et quand le mélange est effectué on ajoute peu à peu le beurre fondu refroidi. On passe la sauce dans une toile fine, et on ajoute l'estragon et le Jus de viande. On chauffe là sauce au bain-marte jusqu'à ce qu'elle soit tiède. On sert aussitôt. Si on chauffe trop, la sauce tourne.

Sauce mayonnaise. —. 2 jaunes d'oeufs. 1 cuillerée à café de sel, du poivre. Demi-cuillerée à café de bonne moutarde. 2 décilitres à 2 1/2 d'huile fine comestible, 1 décilitre à 1 1/2 de vinaigre.

On mélange les jaunes d'œufs, le sel, le poivre, 1S moutarde jusqu'à ce que le mélange soit bien lié. On verse peu à peu la moitié du vinaigre en remuant fortement. Quand le tout est bien mélangé, on ajoute l'huile goutte, à goutte, en remuant régulièrement. Enfin on ajoute le reste de vinaigre juste avant de servir la mayonnaise et on mélange avec un décilitre de crème épaisse. On bat le tout vigoureusement jusqu'à ce que cela mousse fortement.

Recette rapide : 3 jaunes d'oeufs, sel, poivre, un peu d'huile. On bat très peu de temps, pour homogénéiser. On ajoute, d'un seul coup, 5 centilitres de Vinaigre « bouillant ». On agite vigoureusement pour homogénéiser, et, à partir de ce moment, la sauce est faite. On peut ajouter l'huile à la vitesse que l'on veut, jusqu'à ce que soit atteinte la consistance désirée. C'est ainsi que l'on fait facilement des mayonnaises qui se conservent plusieurs jours et ne « tombent pas ». Le tout dure 3 à 4 minutés environ.

Sauce piquante. — Faire réduire aux deux tiers, dans une casserole, un décilitre de vinaigre et un décilitre de vin blanc, avec six échalotes hachées, sel et poivre moulu. Mouiller alors avec du bouillon ou de l'eau, que l'on corse d'une demi-cuillerée d'extrait de viande ; amener à ébullition et tenir ainsi pendant dix minutes ; mettre à feu doux ; lier au fouet, avec un peu de pomme de terre râpée ou de fécule (délayée à l'eau froide), et, quelques minutes avant de servir, ajouter une pincée d'estragon, du persil et du cerfeuil, ainsi qu'une prise de Cayenne ou de paprika, des câpres et deux ou trois cornichons coupes en fines rondelles.

Sauce rémoulade. — On enlève le jaune de trois oeufs durcis, auquel on ajoute le jaune d'un oeuf cru, et on fait tomber goutte à goutte de la bonne huile, jusqu'à ce que l'on obtienne une sauce épaisse. On délaye suffisamment avec du vinaigre et on relève le goût avec du poivre et du sel. La sauce peut encore être épicée avec des câpres hachées, des fines herbes ou des ciboulettes.

Cuisson des choux. — Un peu de vinaigre dans l'eau où cuisent les choux en diminue l'odeur et ajoute au goût.

Du reste, l'emploi du vinaigre, en préparant les légumes, les rend plus tendres et digestes, et en améliore le goût.

Cuisson des légumes dans l'eau calcaire. — L'eau calcaire a l'inconvénient d'exiger un temps très long pour la cuisson des légumes, les farineux principalement.

Pour y remédier, le meilleur procédé est de verser une cuillerée à bouche de vinaigre, dont la saveur piquante disparaît complètement à la cuisson.

Sirop de framboise acidulé. — Dans un litre de vinaigre, vous faites infuser pendant 15 jours au moins 250 grammes de framboises très mûres et soigneusement triées. Après quoi, vous passez au tamis fin.

Dans le jus obtenu, vous mettez à fondre doucement sur le feu trois bonnes livres de sucre (mieux vaut forcer sur le poids et ajouter 100 grammes de plus). Vous mélangez bien et, quand le sirop est refroidi, vous mettez en bouteilles que vous couvrez d'un papier et attendez au lendemain pour boucher.

Ce sirop légèrement aigrelet et délicieusement parfumé, additionné d'eau bien fraîche, est une des boissons les plus désaltérantes qui soient.

On peut opérer plus simplement en tassant de Belles framboises dans un bocal et en versant dessus du vinaigre ; on laisse reposer un mois, on tire à clair et on met en bouteilles. Pour faire un sirop de ce vinaigre, le verser dans un sirop de sucre (1 kg. 500 de sucre par litre de vinaigre).

Composition d'une excellente limonade de ménage.— 12 litres d'eau ; 750 gr. de sucre ; 1 citron coupé en tranches ; 250 gr. de vinaigre. Laisser fermenter pendant 8 jours dans le récipient ouvert, et tenu au chaud ; puis mettre en bouteilles ficelées, et garder 8 jours avant de consommer ; il faut consommer dans un délai de 50 jours.

Pêches aux épices. — Les pêches aux épices doivent être préparées avec des fruits mûrs et irréprochables. On doit essuyer soigneusement chaque fruit avec un linge doux et lui introduire un clou de girofle à la cassure de la queue. On range alors les fruits dans un pot de faïence ; on fuit cuire du bon vinaigre avec du sucre et un peu de cannelle dans la proportion de un litre de vinaigre pour 650 grammes de sucre et, en cours de cuisson, on arrose les fruits avec le vinaigre au sucre. On couvre les pots, puis on les met au frais pendant huit jours. Au bout de ce temps, on égoutte les pèches de leur jus, on fait recuire ce dernier que l'on reverse ensuite à l'état chaud sur les pêches.

Poires au vinaigre. — 2 kgs 1/2 de poires saines, 1 kilogr. de sucre en poudre, 3 décilitres de vinaigre, 1 décilitre d'eau, 1 verre à liqueur de cognac (peut être supprimé).

On épluche des poires d'hiver encore fermes, on leur coupe les queues, on les fend en quatre et on enlève le cœur, puis on met poires et sucre par couches dans une bassine à confitures. On verse dessus le vinaigre et l'eau et on fait cuire jusqu'à ce que les poires deviennent demi-molles et transparentes (2 à 3 heures). On les écume pendant la cuisson. Quand l'écume est complètement disparue, on ajoute le cognac, si on le désire. On dépose ensuite les poires sur un plat avec une écumoire, afin qu'elles puissent refroidir, puis on met en bocaux. Ensuite, on fait cuire le jus jusqu'à ce qu'il soit consistant et, lorsqu'il est refroidi, on le verse sur les poires, ensuite on ferme les bocaux.

Prunes au vinaigre. — Pour cela, on prend des prunes irréprochables qui ont encore leurs queues. On les pique légèrement avec une fourchette en argent et on les met dans un plat. Lorsqu'elles ont bien été essuyées à fond avec un linge propre, pour quatre livres de prunes, on prend deux livres de sucre et un litre de vinaigre. Le sucre et le vinaigre sont cuits avec un peu de cannelle et des cloue de girofle et versés chauds sur les prunes. On répète l'opération plusieurs fois le jour suivant, et, le troisième jour, on fait cuire un peu les fruits avec le vinaigre, on met en pots, on fait encore épaissir le jus par cuisson, et on verse par dessus. On ferme bien les pots.

Raisiné verts au vinaigre. — Cueillez les raisins» avant maturité, égrappez-les, laissez-leur un bout de leur pédoncule et rangez-les dans de petits nota de grès, versez dessus du vinaigre bouilli avec de l'estragon et très bouillant. Couvrez d'une vessie et ficelez.

Conserves de noix. — Pour chaque litre et demi de vinaigre, ajoutez 30 grammes de sel, 15 grammes de piments, poivre, clous de girofle et gingembre. Essuyez les noix avec un linge sec, percez-les avec une fourchette ou une grosse aiguille à repriser. Placez-les dans des bouteilles à larges goulots, ou des jarres non vernies, et couvrez-les avec du vinaigre froid. Fermez-les hermétiquement et laissez-les debout dans un endroit froid et sec, pendant quatre mois, au bout desquels soutirez le vinaigre que vous jetterez. Faites bouillir autant de vinaigre fraie qu'il faudra pour couvrir les noix, et versez-le bouillant sur les noix avec l'assaisonnement Indiqué. Fermez hermétiquement et emmagasinez pendant trois semaines. Les noix seront alors prêtes à être consommées.

Pour conserver la viande. — Les ménagères savent-elles qu'un morceau de viande que l'on soupçonne d'être sur le point de se gâter, peut se conserver si on l'essuie avec du vinaigre dilué ?

Moyen d'attendrir la volaille. — Un moyen d'attendrir la volaille, lorsqu'on est forcé de la faire cuire immédiatement après l'avoir tuée, consiste à lui faire avaler une grande cuillerée à bouche de vinaigre avant de la saigner.

Quand vous faites cuire un poisson. — Si vous voulez que la chair demeure ferme, prenez la précaution d'étendre votre eau de quelques gouttes de vinaigre.

Les anguilles. — Le procédé actuel de tuer les anguilles est pire que cruel. Cette bête est souvent battue pendant une demi-heure contre une pierre ou le bord d'une table. Dès qu'elle ne fait plus de mouvement, on l'écorche et on la met dans la poêle. Et pourtant il est très facile de tuer les anguilles. On verse simplement dans un bassin une tasse de vinaigre et on y trempe l'anguille qui meurt immédiatement. A ce sujet, il est bon de faire connaître que le sang d'anguille est un des plus dangereux poisons lorsqu'il vient en .contact avec le sang de homme.

Cristallisation des confitures. — Il se forme quelquefois sur les confitures des cristaux de sucre qui croquent sous la dent et laissent une impression désagréable.

On peut l'éviter en faisant cuire les confitures assez longtemps, une demi-heure au moins, et en ajoutant une ou deux cuillerées de vinaigre.

Quand, faute d'avoir observé ces précautions, les confitures se cristallisent, on les recuit à nouveau, en ajoutant un peu do vinaigre comme indiqué ici-dessus.

Pâtisserie. — Aujourd'hui que les oeufs sont si chers, on apprendra volontiers qu'une cuillerée à dessert de vinaigre, ajoutée à. une tasse de lait, remplira le même but que deux œufs. Il est impossible de faire un gâteau plus léger que celui qui est fait avec du vinaigre. Essayez-le...

Cuisson des œufs craquelés. — Si vous avez à faire cuire à la coque des œufs craquelés, ajoutez un peu de vinaigre à l'eau de cuisson.

Pommes de terre qui noircissent. — Les vieilles pommes de terre qui persistent à noircir quand on les fait bouillir ne seront plus un souci pour les ménagères si elles ajoutent une cuillerée à café de vinaigre à l'eau, avant que les pommes de terre ne bouillent.

Précaution à prendre pour la préparation des champignons. — En dépit des nombreux dictons qui ont cours pour distinguer les bons champignons des mauvais et malgré les nombreux ouvrages qui traitent du même sujet, les empoisonnements par les champignons vénéneux forment chaque année, dans les journaux, une rubrique aussi longue.

Selon Frédéric Gérard, aide naturaliste du Jardin des Plantes, à Paris, en 1850, il existerait cependant un moyen d'éviter cas empoisonnements. L'auteur en fit l'épreuve eux lui-même et sur les membres de sa famille. Voici ce moyen, que nous donnons à titre purement indicatif :

Pour chaque 500 grammes de champignons coupés en morceaux, il faut un litre d'eau acidulée par deux à trois cuillerées de vinaigre. On laisse les champignons macérer pendant deux heures, puis on les lave à grande eau. Ils sont alors mis dans de l'eau froide qu'on porte à l'ébullition et, après un quart d'heure, on les retire, on les lave, on les essuie et on les apprête comme un mets spécial. Les eaux qui ont servi à laver et à cuire les champignons doivent être jetées.

Huile à goût de rance. — Une huile ayant le goût de rance est particulièrement désagréable à. consommer.

Pour enlever ce goût, mêler vingt-cinq parties d'huile rance avec quarante parties d'eau à 30 degrés, faire bouillir quelques minutes ce mélange avec 15 grammes de vinaigre par litre d'huile ; filtrer ensuite à moitié refroidi.

Autre recette :

Prenez autant de fois 25 grammes de charbon de bois que vous avez de litres d'huile à traiter ; réduisez ce charbon en poussière très fine et lavez celle-ci avec un peu de vinaigre. Lavez ensuite avec de l'eau ordinaire pour faire disparaître l'odeur de vinaigre et jetez-la dans l'huile à traiter. Agitez vigoureusement plusieurs fois dans la journée, laissez reposer la nuit et filtrez l'huile en la versant sur un entonnoir au fond duquel vous aurez mis une couche de coton.

Le noircissement des conserves. — La chair des crustacés est, de toutes les substances alimentaires, celle qui est la plus alcaline. Au contact des parois de la boite qui l'enferme, elle dissout l'étain gui recouvre le fer, et celui-ci est attaqué par le soufre contenu en petite quantité par les cellules animales. Il se forme du sulfure de fer noir, qui tache l'objet conservé et le fait refuser par la clientèle.

Le meilleur procédé pour éviter ces taches est d'adjoindre du vinaigre. Ce traitement donne en outre meilleur goût et apparence plus agréable au produit conservé.

Posté par la mere vinaigre à 14:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :